Lexique immo

Location de bureau : le lexique

Les agents immobilier ont un langage bien à eux. Alors pour vous permettre de parler ce langage, vous trouverez ci-dessous le lexique des principales expressions du secteur :

Blanc / Gris :

• “En blanc” : construction lancée sans vente ou location préalable
à un utilisateur.

• “En gris” : projet dont le chantier ne sera lancé qu’après location
ou vente de tout ou partie à un utilisateur.

Clé en main locatif : opération réalisée pour les besoins propres d’un
utilisateur qui en est locataire.

Compte propre : opération réalisée pour les besoins propres d’un
utilisateur qui en est propriétaire.

Demande : recherche de locaux exprimée. L’analyse
porte sur le seul flux des demandes nouvelles exprimées.

HQE (Haute Qualité Environnementale) : démarche volontaire de
gestion de la qualité environnementale des opérations de construction
ou de réhabilitation de bâtiments. Cette démarche est à l’initiative
des professionnels de l’immobilier et de la construction et fait l’objet
d’une procédure de certification établie par l’AFNOR (Association
Française de Normalisation).

ICC (Indice du Coût de la Construction) : indice qui mesure chaque
trimestre l’évolution des prix de construction des bâtiments neufs à
usage principal d’habitation. Il s’agit du prix TVA incluse, payé par les
maîtres d’ouvrages aux entreprises de construction. Il exclut les prix et
coûts liés au terrain (viabilisation, fondations spéciales, etc.), ainsi que
les honoraires, les frais de promotion et les frais financiers.

Immeuble (état) :

 Neuf : immeuble construit depuis moins de 5 ans.

• Restructuré : immeuble ayant fait l’objet, depuis moins de 5 ans,
de transformations affectant sa structure et soumises à permis de
construire.

 Récent : immeuble de moins de 10 ans.

 Rénové : immeuble ayant fait l’objet de travaux de rénovation,
depuis moins de 5 ans, sans entrer dans le champ du permis de
construire.

 Moderne : immeuble performant de plus de 10 ans.

• Ancien : immeuble peu performant de plus de 10 ans.

Immostat : groupement d’Intérêt Economique (GIE) créé en 2001,
qui associe Atisreal, CB Richard Ellis, DTZ Jean-Thouard et Jones
Lang LaSalle. Pour créer des bases de données homogènes, les quatre
conseils ont adopté de nombreuses définitions communes : secteurs de
marché de l’Ile-de-France, état des immeubles et des locaux, définition
des surfaces prises en compte, des loyers, etc. L’organisation du GIE
garantit l’indépendance du traitement des données et le respect des
engagements de confidentialité de chacun de ses membres.
Sont concernés les marchés de la région parisienne :
– utilisateurs d’entrepôts d’une superficie supérieure à
5 000 m² et de bureaux.
– investisseurs en immobiliers d’entreprise.

Loyer :

 Facial : loyer par mètre carré et par an, inscrit au bail, exprimé hors
taxes et hors charges. Ne tient pas compte des locaux annexes tels
que parkings, archives, restaurant interentreprises (RIE)… En cas de
loyer progressif, la valeur retenue est la moyenne des valeurs des
trois premières années ou de la durée ferme du bail.

• Facial moyen : moyenne pondérée par la surface des loyers faciaux.
Pour les loyers trimestriels, une moyenne mobile pourra être utilisée
pour présenter des évolutions lissées.

• Economique : loyer par mètre carré et par an, exprimé hors taxes et
hors charges et corrigé des avantages consentis par le propriétaire
(franchise de loyer, réalisation de travaux, etc.).

• “Prime” : loyer facial le plus élevé, hors transaction de convenance,
pour un produit :
– de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de
marché,
– d’excellente qualité et offrant les meilleures prestations,
– dans la meilleure localisation pour un marché donné.

• “Top” : loyer facial le plus élevé d’un marché donné, hors transaction
de convenance. Le loyer top n’est pas systématiquement un loyer
prime.

Neuf / Restructuré : locaux n’ayant jamais été occupés et
appartenant à un immeuble neuf ou restructuré, livrés depuis moins
de cinq ans.

Offre à un an : ensemble des locaux disponibles à moins d’un an,
incluant l’offre neuve non précommercialisée et l’offre de seconde
main libérée de manière certaine (baux résiliés).

Offre immédiate : ensemble des locaux vacants immédiatement
disponibles.

Offre neuve : ensemble des locaux neufs et restructurés. L’offre
neuve est analysée en fonction de l’état d’avancement des projets.

Offre neuve livrée : immeuble dont les travaux de construction sont
terminés.

Chantier en cours : immeuble dont les travaux de construction
ont démarré. Ne sont pas pris en compte les travaux préalables de
démolition.

Permis de construire obtenu : autorisation de construire obtenue,
généralement comptabilisée après la purge du recours des tiers.

Permis de construire déposé : autorisation de construire demandée,
en cours d’instruction.

Projet : intention identifiée de réaliser une opération immobilière
pour laquelle aucune demande d’autorisation n’a été déposée.

Parc de bureaux : ensemble des bureaux existants, occupés ou
vacants. Le parc inclut les bureaux des secteurs publics ou privés. En
Ile-de-France, le parc de bureaux est périodiquement mis à jour par
l’Observatoire Régional de l’Immobilier d’Entreprise d’Ile-de-France
(ORIE) et par la Direction Régionale de l’Equipement d’Ile-de-France
(DREIF) à partir des statistiques officielles sur la construction neuve,
la taxe annuelle sur les bureaux, ainsi que les données relatives aux
démolitions.

Précommercialisation : transaction utilisateur ayant lieu plus de six
mois avant la livraison d’un bâtiment.

Seconde main : locaux ayant déjà été occupés par un utilisateur, ou
livrés et jamais occupés depuis plus de cinq ans.

On distingue les locaux :

 Rénovés : locaux ayant fait l’objet de travaux de rénovation.

• Très bon état : locaux performants, de qualité.

• Etat d’usage : locaux peu performants, louables en l’état.

• A rénover : locaux peu performants et nécessitant des travaux de
rénovation.

Taux de vacance : rapport entre l’offre immédiatement disponible et
le parc existant.

Transaction : location ou vente à un utilisateur d’un bien immobilier,
concrétisée par la signature d’un bail ou d’un acte de vente. Sont
inclus les clés en main et les comptes propres. En cas de conditions
suspensives, la transaction est prise en compte après leurs levées.